Verslag Guillaume (Fr)


100 km, le résumé Avant toute chose, il me doit de remercier plusieurs personnes : MERCI à Depreter Erwin et Coche Stéphane de m'avoir accompagnés durant la journée, MERCI à mes supporters Drappier Frédéric, Thomas Chenut, Eddy Doclot, Misonne Marie-Christine et son compagnon d'avoir fait le déplacement, MERCI à Lorenzo Coniglio pour ses conseils. MERCI à mon groupe pour vos messages, MERCI à tous les autres pour vos encouragements et félicitations.
Mini résumé (pour les fainéants) : abandon après 56,4 km et 4h31'07'' de course.
Résumé (pour les courageux) : L'histoire commence il y a environ 3 mois où une personne me parle de son beau fils, David Liviau qui court les 100km, expliquant mon rêve d'en faire un avant mes 35 ans, je prend contact avec David, il faut savoir qu'il est champion de Belgique de la discipline et lorsqu'il me dit que son record sur marathon est de 2h38 (2h35 maintenant), je me dis que moi aussi j'ai mes chances de faire un top classement et croire au rêve mondial. Mais un 100km est vraiment une autre discipline.
Après une mini nuit, direction Wingene en Flandre pour vivre une belle expérience. Le départ est donné à 8h. Me voici lancé pour 1 tour de 2,79km suivi de 20 tours de 4,86 km. Le début est évidemment facile mais le niveau est incroyable je trouve, alors que je passe le km5 en 21'30 ou encore le km 10 en 43'10, je me retrouve à la 8-9 places, tous les gars devant moi visent donc bien mieux que 7h30... alors qu'en 2018 seul David avec fait mieux que 7h30, vous dire le niveau cet année.
Les 20ers km se passent bien et heureusement vous allez me dire car il en reste 80 (passage en 1h28'38''), je sais que je dois diminuer le rythme si je veux aller loin, j'essaie mais dur de ralentir, mes pulsations sont toujours entre 150 et 155, parfait. Passage au km 30 en 2h13'15''. Les cuisses me montrent déjà qu'elles sont là, je ralenti pour tenir les 4'30/km, je suis alors 8ème. Le passage au km 40 (2h59'54''), je commence déjà à être dans le dur « cuissement » parlant, ce sont simplement mes cuisses qui dictent mon allure, je ne sais pas aller plus vite. Mon allure diminue km après km, 4'30, 4'35', 4'45 pour après passer à 5min/km... et même 5'30/km alors que mes pulsations diminuent, je passe de 155 à 145 après les km 50, preuve que je suis bien mais pas les cuisses. Etant déjà dans le dur, et voyant que le chemin est encore trop long pour rejoindre l'arrivée, je décide de faire un dernier tour avant de jeter éponge. J'abandonne donc après 56,4 km et 4h31'07'' de course. Oui, j'aurai pu continuer 5,10 ou peut-être 15km mais pas 50km, j'ai pris la bonne décision.
Avec un temps de 2h35 sur marathon, je pensais vraiment en ralentissant l'allure que je pouvais tenir les 70-80km mais non et loin de là. Mes cuisses n'ont pas supporters la durée.
Même si j'échoue loin de l'arrivée, cela aura été une belle expérience pour moi, connaître mes limites, savoir comment se passe un 100km. Même si j'espérai arriver minimum au km 70, je ne peux être déçu. J'aurai au moins battu un record aujourd'hui, celui de la plus longue distance jamais faite.
Maintenant c'est repos avant d'entamer la saison... des festivals

Reacties